images_up/Handisports

Pourquoi et comment fonctionne le Handisport canadien

publié le 24/10/2014 par F@b dans la catégorie Handisports

Thibaud, un nouveau venu dans l'équipe, nous emméne aujourd'hui dans les contrées enneigées (je sais c'est très cliché......) du Canada pour tenter de comprendre pourquoi et comment le handisport fonctionne chez nos "cousins".

Le modèle canadien

 De part son histoire, sa politique, son implantation dans la société ou encore son état financier, le handisport canadien ne cesse de progresser, pour etre aujourd'hui l'un des meilleurs au monde.

Une histoire forte

Depuis 1968 et les premiers Jeux Paralympiques, le Canada a pris part à toutes les éditions – été et hiver compris – dont ceux de Toronto en 1976 qui marquèrent l'histoire du paralympisme. En effet, c'est à cette occasion que furent intégrés pour la première fois les athlètes malvoyants et amputés au programme auparavant réservé uniquement aux athlètes en fauteuil. Cette évolution impliquait évidemment des infrastructures plus nombreuses, car cela entraînait la présence de 450 concurrents supplémentaires. Cette organisation était possible grâce au docteur Canadien Robert Jackson, le futur fondateur du Comité Paralympique Canadien (CPC).

A la suite de cet événement, le gouvernement décidait d'attribuer des fonds au développement d'activités sportives pour les personnes atteintes d'un handicap. Depuis, le mouvement paralympique canadien n'a cessé de se développer pour devenir l'une des meilleures nations mondiales.

Une mise en œuvre pour un atteindre un objectif clair et précis

Le Canada, qui a clairement affiché l'objectif de devenir la meilleure nation paralympique au Monde d'ici 2022, met toutes les chances de son côté pour y parvenir.

Pour commencer, en 2013 un énorme boulversement a lieu dans l'organisation du CPC avec l'arrivée d'une nouvelle chef de direction (Karen O'Neil), d'une nouvelle directrice exécutive (Catherine Gosselin), d'un nouveau conseil d'administration et de nouveaux représentants des athlètes et des entraîneurs.

On voit aussi de nouveaux changements dans les règlements, avec des directives plus claires pour pouvoir mieux cibler les objectifs.

Des partenariats de plus en plus nombreux viennent également apporter un plus à cet objectif d'être les premiers. Ainsi en 2013/2014, cinq nouveaux commanditaires sont venus se greffer au projet (CIPC, Conceptum, Yahoo Sports, Send2News et la Monnaie Royale Canadienne).

Depuis 2011, le chiffre d'affaire en terme de parrainage a doublé (975 000 dollars en 2011 contre 2,6 millions en 2014). Le gouvernement joue également un rôle important dans ce but, avec encore une fois un apport qui a augmenté (4,7 millions en 2011 contre 6 millions en 2014).

Le CPC s'exporte aussi à l'étranger, en se rapprochant notamment des instances mondiales comme le Comité Paralympique International (IPC), lui permettant d'obtenir des événements de classe mondiale dans le pays (Jeux Parapanaméricains en 2015, Coupe du Monde de basket féminin en fauteuil 2014, …)

L'implantation de plus en plus en grande du handisport dans la société canadienne et la recherche sans cesse de nouveaux talents participe également à cette opération de grande envergure.

De nombreux programmes de sensibilisation dans une société imprégnée

A l'image des derniers chiffres concernant les Jeux Paralympiques de Sochi (8,8 millions de téléspectateurs, 92h de retransmission à la télé, 350h de couverture numérique en direct), la société canadienne est une société dans laquelle le handisport est sans cesse présent, à travers un nombre de programmes très important, afin de toucher de plus en plus de monde, mais aussi pour recruter de nouveaux talents. Les principaux d'entre eux sont ainsi :

-«Sans limites » : un programme permettant aux militaires malades et blessés d'essayer certains handisports.

-«Bon départ » : Un programme de subventions avec chaque organisation partenaire contribuant à hauteur de 50 000 dollars pour les enfants touchés par un handicap.

-«Nouvelles perspectives, vie nouvelle » : Formation de professionnels et étudiants de santé pour qu'ils puissent parler du bienfait du sport aux handicapés.

-«La semaine parascolaire paralympique » : Pendant une semaine, de nombreuses activités en lien avec le handisport sont proposées dans les hôpitaux, centres de rééducation et école. Ce programme a ainsi touché 307 écoles et 80 000 étudiants en 2014 (contre 100 écoles et 44 000 étudiants en 2013).

-«Les Festivals de parasport » : huit festivals ont ainsi eu lieu en 2013/2014, attirant 3 391 participants, avec 74 sports présentés.

Avec cet ensemble de manifestations, le CPC a démontré qu'il fallait centrer la politique sur l'importance du chemin pour augmenter le nombre de pratiquants et aider les futures générations.

Des entreprises ont également organisées elles-mêmes des programmes de mobilisation, comme Petro-Canada qui a mis, à l'occasion des Jeux de Sochi, des billets gratuits à disposition des familles et amis des athlètes canadiens. La société d'essence Canadian Tire a également mis en place les « Vendredis Paralympiques », des journées où des paralympiens viennent partager leurs histoires dans les bureaux. A l'image des ces deux sociétés, la civilisation canadienne est imprégnée par le handisport. Ainsi, 3 canadiens sur 4 estiment que les performances des handisports sont extraordinaires.

Après Sochi, 29 fêtes de retour ont eu lieu dans sept provinces pendant trois semaines, une véritable réussite qui avait des têtes d'affiche comme le skieur Josh Dueck, qui a même servi pour la campagne de sensibilisation de Air Canada. HBC à été jusqu'à mettre en place la vente de tee-shirt en hommage aux Jeux Paralympiques de Sochi, une opération qui a tellement bien fonctionné qu'elle sera reconduite en 2015 et 2016.

Par ailleurs, trois millions de dollars ont été rapporté par les annonces télévisées pendant les derniers Jeux Paralympiques. Au niveau médiatique justement, le CPC a récemment obtenu des droits de diffusion pour les Jeux Paralympiques et les différents championnats du monde, assurant ainsi une présence régulière du handisport dans les médias de masse, comme CBC/Radio-Canada, Sportsnet, Yahoo!Sports ou encore AMI et Send2News.

Coté internet, le CPC ne cesse de proposer des outils pour augmenter le nombre d'informations et de conseils, et ce dans le but de donner plus de visibilité.

L'année 2015, annoncée comme l'année du sport, se voudra d'être comme une année de sensibilisation au paralympisme dans les Amériques, en s'appuyant notamment sur les Jeux parapanaméricains de Toronto, tout en s'inspirant du modèle Londonien en 2012.

L'ambition grandissante du CPC est également tenue par son secteur professionnel.

Un professionnalisme croissant

Le CPC garantie les meilleurs résultats à l'élite professionnelle canadienne en portant une attention toute particulière sur « la base ». Ainsi, l'envie de former des entraîneurs de haute performance afin d'avoir les meilleurs entraîneurs mondiaux, ainsi d'en augmenter leur nombre, est de plus en plus présente dans les idées du CPC.

Ce dernier fait d'ailleurs participer ses athlètes susceptibles d'atteindre les podiums à de nombreux programmes. De nombreux handisportifs sont aussi intégrés dans un programme appelé DTLA, une description des étapes de développement accompagnées des attentes en terme d'habiletés physiques, techniques et tactiques (la voile, le snowboard, le cyclisme, le triathlon et le curling en bénéficient à travers de nombreuses conférences). Les athlètes sont aussi suivis après la retraite et de nombreux instituts de sport proposent sans celle l'amélioration de services.

Des préparatifs ont également lieu en amont des grands rendez-vous, en repérant les lieux, instaurant une relation avec les organisateurs ou encore en faisant participer les athlètes à des compétitions tests sur place.

L'intégration des fédérations handisports à celles valides est aussi un moyen d'optimiser la performance des athlètes handicapés, et notamment en paracyclisme, qui intègre ses compétitions nationales à celles des valides. 

Un grand merci à Thibaud pour ce premier article qui en appelle, on l'espère, une multitude d'autres.

 

A lire :

En piste pour Saint-Quentin

Ce mardi 27 janvier, Vincent Jacquet (Directeur Technique National de la Fédération Française de Cyclisme) a annoncé la sélection de l'équipe de France de cyclisme sur piste pour les...

 
Lire +

PSG et ASM même combat: Tout dépendra du sort!

Les 2 équipes françaises, enfin évoluant dans le championnat de Ligue 1 sont donc qualifiées pour les 1/8 ème de finale de la préstigieuse Champion's League. A en écouter...

 
Lire +

Dossard 153

Cédric Ferré, traileur lausanno-thononais a disputé la nuit dernière son premier trail "longue distance" sur le traditionnel parcours de la "SaintéLyon". Quelque peu anxieux à...

 
Lire +
 
 
 
Laissez un commentaire


 
Avatar de F@b

A propos de F@b

Mordu de Sport, de statistiques sportives et de live streaming. Je suis project manager pour 1r2tchat.

 
 

Pendant ce temps...

3 versions pour un booktrailer
PAPIs, Real-world machine learning stories
Refonte du site Diaphonique.org
Etude de cas : Le Cri
Les Rencontres Innovations et Galien 2017
De la cour au jardin